#Critique – La fille au bracelet | Το κορίτσι με το βραχιόλι – Stéphane Demoustier

Par Alexandra Economou

« Assassin ou pas, on est toujours coupables. »

Connaissez-vous quelqu’un qui a déjà été accusé de meurtre à l’âge de 16 ans? Non? Alors ce film pourrait vous intéresser: La fille au bracelet. C’est un film judiciaire réalisé par Stéphane Demoustier. L’histoire est celle de Lise, une fille de 18 ans qui vient juste de passer 2 années sous contrôle judiciaire et porte un bracelet électronique autour de sa cheville. Elle est accusée du meurtre de son amie Flora. Nous suivrons tout le procès, du début jusqu’à la fin: est-elle coupable?

En commençant le film, j’étais enthousiaste, la bande annonce m’avait parue superbe, pleine de rebondissements et de suspens ; la suite du film m’a prouvé que ce n’était pas le cas.

La Fille au bracelet | Bande-annonce

Un élément que j’ai beaucoup aimé et que j’ai envie de faire remarquer c’est l’ambiance: nous sommes dans un tribunal. Pendant tout le film il n’y a quasiment pas de musique, nous avons des sons réels de personnes qui toussent, des chuchotements. Nous avons l’impression que nous même, en tant que spectateur, assistons au procès de Lise. Nous nous retrouvons dans une salle aux murs rouges, un peu agressifs que nous ressentons comme une violence… Cette violence c’est aussi celle des sept coups de poignard que Flora a reçu et du silence que Lise souhaite garder : un silence aigu, un silence qui nous dit plus de choses que les mots en soi. Cette atmosphère donnée au film est un point que j’ai apprécié, mais, j’ai l’impression que c’était superficiel…

Je pense que cette ambiance a été exagérée, le rendu était vraiment bien au début mais cela continuait tout au long du film au point où cela devenait ennuyant. Il n’y avait pas du tout de rebondissements de la situation, nous retrouvons tout le temps des gros plans sur les visages des comédiens qui eux, gardent toujours le même visage sans émotions tout au long du film.

D’après moi le manque d’action, d’informations révélatrices, d’éléments perturbateurs rend ce film médiocre. J’estime que s’il y avait de simples ajouts tels que des retours dans le temps (autres que les vidéos montrées au tribunal), des moments où l’on voit Lise seule, qu’on la voit discuter avec son amie. Des ajouts simples qui ne changeraient pas l’histoire pourraient faire une grande différence sur l’avis que je porte sur ce film. On pourrait même dire qu’il s’agit d’une documentation d’un procès: les gros plans sur les visages neutres des acteurs nous montrent que le réalisateur se concentrait beaucoup plus sur la psychologie des personnes vivant ce procès, que le déroulement de l’histoire elle-même.

Certes c’est un aspect plus psychologique que nous retrouvons et qui EST intéressant, mais selon moi le réalisateur l’a exagéré. Le suspens du film tournait autour de la culpabilité de Lise. Les témoins se sont succédé à la barre, les avocats ont plaidé. Mais j’ai l’impression que l’on tournait en rond, la question posée était toujours la même. Le tout devenait lassant.

Nous attendons donc sans cesse la fin du film pour apprendre si Lise est coupable de ce crime ou pas. On la voit au début du film avec un bracelet électronique autour de la cheville et on la voit à la fin avec un autre bracelet. Menottes autour des poignées? Toujours en liberté surveillée? Un bijou? Tout ce que je peux révéler c’est que, le lendemain du visionnage, je réfléchis toujours à cela…  c’est à nous de décrypter et de juger…


Disponible du 6 au 14 avril 2021.
Sous-titres disponibles: Grec, Anglais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s