#Critique – Le Mépris | Η περιφρόνηση – Jean-Luc Godard

Par Marissa Malta, Michèle Nikoloutsopoulou, Effrosyni Kerameos

Le Mépris – Une Odyssée moderne.
« Le cinéma est un monde qui s’accorde à nos désirs. Le mépris est l’histoire de ce monde. »

Camille et Paul forment un couple heureux jusqu’au jour où celui-ci accepte d’écrire le scénario d’une adaptation de l’Odyssée réalisée par Fritz Lang. Paul ne réagit pas aux avances que le riche producteur américain Jeremy Prokosch fait à sa femme et semble, au contraire, fermer les yeux et même la pousser à rester seule avec lui. C’est à partir de ce moment que leur amour commence à s’étioler…

Le Mépris | Bande-annonce

Le Mépris (1963) est un film typique et particulier de Jean-Luc Godard, inspiré du roman d’Alberto Moravia. À première vue, Le Mépris pourrait simplement être l’histoire de la séparation d’un couple. En y regardant de plus près, on s’aperçoit que le périple d’Ulysse sur lequel est basé le film de Fritz Lang, a une relation immédiate avec la déchirure et la désagrégation du couple sur l’écran. En effet, Camille pense que son mari la pousse dans les bras du producteur pour son propre intérêt, tout comme Ulysse traite sa relation avec Pénélope, en étant sûr de sa fidélité. Ainsi, Camille commence à douter de l’amour que son mari lui a avoué au début du film. En réalité, ce que nous voyons n’est que le mépris de Camille, mais ce que nous observons dès le début du film est l’amour physique de Paul pour sa femme. C’est ainsi que nous pouvons constater et justifier la conduite méprisante de Camille, son dédain.

Dans ce film, Godard rend hommage à l’histoire du septième art et son évolution. Le film s’ouvre sur le cinéma moderne et se termine sur son ancêtre, la tragédie antique.

On observe des éléments discrets pendant la durée du film comme la citation de George Lumière: « Le cinéma est une invention sans avenir », la scène théâtrale pendant laquelle le couple se querelle, les affiches à l’extérieur du cinéma comme celle de Psychose (Psycho) d’Alfred Hitchcock, et par dessous tout, le choix de faire jouer Fritz Lang lui-même, un réalisateur très célèbre. Godard critique le nouvel âge du cinéma – par exemple la nudité excessive – en soulignant que le seul intérêt est le profit. Tout compte fait, Le Mépris est un hommage à l’âge d’or du cinéma réalisé en pleine « nouvelle vague », tout en critiquant le caractère superficiel du cinéma à cette époque.

En tous cas, la réalisation technique du film est bien menée. Et si Jean-Luc Godard introduit la nudité dans certaines scènes, elles ne sont pas pour autant provocantes, grâce aux couleurs. Ses acteurs, Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance et Fritz Lang, ont un jeu à la fois théâtral et poétique.

Le rapport à l’espace est lui aussi très intéressant: la beauté des paysages de Capri donnant sur la mer et l’impressionnante villa Malaparte construite sur une très haute falaise s’opposent à l’intérieur moderne de l’appartement du couple qui devient très vite un lieu de discorde, de violentes disputes.

Par ailleurs, le scénario avec ses longs dialogues qui parfois se répètent peut désorienter le spectateur. Finalement, la musique donne une belle touche au film, quoi qu’elle s’arrête parfois de façon très brusque.

En dernière analyse, Le Mépris est une œuvre classique du cinéma des années 1960 qui fait partie de la Nouvelle Vague. En discutant entre nous, on en a conclu que c’est un film incontournable du cinéma français.


Disponible du 6 au 14 avril 2021.
Sous-titres disponibles : Grec, Anglais

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :